Décodage et applications des Signatures fréquentielles

Le décodage des Signatures Fréquentielles est réalisé à partir d'un logiciel qui intègre dans ses calculs toutes les anciennes connaissances sacrées, La méthode de « décodage » du nom en notes de musique est un processus qui fait largement appel aux Grandes Traditions en lien avec les Lois Universelles : La géométrie sacrée, la numérologie, les lettres hébraïques la suite de Fibonacci, le nombre d'or et beaucoup d'autres savoirs... C'est un travail collectif qui a permis de retrouver les fréquences fondamentales (les harmoniques de l'univers) et de créer la musique spécifique pour chaque être animé ou inanimé en utilisant un LA à 432 hertz et des intervalles de notes basés sur une progression exponentielle logarithmique, qui « parle » directement à nos cellules, donc différente de notre gamme tempérée actuelle. L'ancien outil, "l'Almagramme" a été totalement transformé pour s'adapter aux évolutions actuelles de notre humanité.

 

Chaque être animé ou inanimé possède sa signature acoustique, sa propre combinaison de « gènes musicaux » transmis de génération en génération, ou vies après vies, depuis l'origine des temps jusqu'à nos jours. 

Voici un extrait de la Musique de l'Âme.  

 Les applications des signatures fréquentielles sont multiples et permettent à la fois une lecture pointue des schémas archétypaux régissant l'émotionnel et une correction possible des comportements perturbateurs. Tout ceci est rendu possible par la compréhension que la maîtrise du Verbe, ou de la Fréquence, influence directement toute manifestation, tout comportement.

Cette technique rapide, efficace et novatrice met en lumière et répare les fractures émotionnelles liées à l'histoire de l'Individu et de sa généalogie. En effet, les harmoniques du son ont la capacité de dépasser l'échelle des fréquences audibles pour atteindre le champ très élevé des fréquences et particules dites « quantiques » (ondes scalaires), propres aux souvenirs et aux mémoires, dans toutes les dimensions de l'être.

Réactivation du centre de l'idéation pour des fonctionnements mentaux harmonisés :

Ainsi toutes les mémoires disharmonieuses situées au niveau de l'homme sont désactivées naturellement et ne peuvent plus altérer le bien-être de l'Individu. Par l'action du cerveau droit qui est capable de percevoir ces informations subtiles en provenance de nos sens, le cerveau gauche sera quant à lui capable de les rendre conscientes à condition que la Rate, centre splénique, c'est-à-dire le centre entre les fonctions cœur de réunification et les fonctions foie de séparation, là où sont "amarrées" les deux dimensions de l'Esprit, fonctionne bien. L'effet de pulsation entre la séparation et la réunification permet à l'Esprit, mouvement de Consciencepartie de l'Âme, d'incarner dans la forme, le véhicule charnel que ce dernier a voulu.  

Cet effet de pulsation de l'Esprit est commandé par des atomes spécifiques dans le myocarde. La Rate se trouve être son centre et c'est à elle que viennent les informations du cerveau droit qui transmet ce que les capteurs physiques lui apportent des conditions extérieures. Ces conditions sont analysées par la rate, qui donne en retour une réponse de pensée, de parole ou d'action...     

 La rate est donc le centre de l'idéation, le cerveau n'est qu'un décodeur des pulsions électriques transmises, et exprimées en termes de mots conventionnés par le cerveau gauche. Autrement dit, la rate humaine est le "compilateur" des informations existentielles apportées par les sens physiques. Elle porte immédiatement l'information au foie pour en analyser la fiabilité de conscientisation, et au cœur pour en analyser la fiabilité d'affection. À partir de cette analyse tripolaire, la rate retransmet au cerveau droit la Réponse, qui l'envoie immédiatement au cerveau gauche pour Actions...

Ce système de pensée est le système naturel. Dès qu'il y a sur-intellectualisation, les informations captées par les sens physiques en arrivant au cerveau gauche, ne sont pas transmises au cerveau droit qui ne peut donc les guider vers la rate. Au lieu d'avoir une analyse tripartite, l'analyse qui se fait est uniquement intellectuelle et engage l'humain dans une boîte de réflexion artificielle (boîte noire) créée dans le cerveau gauche comme une sorte de tumeur. Quand une question se pose, ce n'est plus la conscience de l'individu qui y répond mais la boîte noire, la réflexion intellectuelle artificielle (dans le système bien connu ; action/réaction)... 

La remise en fonction de ces centres grâce aux Signatures Fréquentielles permet, si c'est le choix de l'individu, de fonctionner de nouveau dans un système de pensées naturel avec une prédominance du cortex. .Les « événements-racines » ou « fractures émotionnelles » causes de ces déséquilibres peuvent, grâce à l'utilisation de cet outil, être exprimés, évacués et résolus, en limitant ou éliminant les déséquilibres émotionnels, psychologiques et/ou physiques, selon le degré d'intégration de l'Individu aux lois universelles du libre-arbitre.

Principe de réactivation des connexions organes-cerveau. 

 

Nous sommes gouvernés par des champs morphogénétiques informationnels ; ces champs pilotent la matière. Ils sont faits de nos souvenirs, c'est-à-dire de notre vécu, de nos croyances. Toutes nos expériences, bonnes ou perturbatrices, se codent au niveau de ces champs constituant notre futur. C'est ainsi que selon la théorie du docteur R.G. Hamer un choc psychologique ou affectif vécu dans l'isolement crée dans le cerveau l'équivalent d'un court-circuit : ce dernier prive ainsi de dialogue le champ et son antenne (organe ou ensemble de cellules correspondantes).

Les travaux de Rupper Sherdrakke nous ont fait prendre conscience que le champ morphique est responsable de la forme et de la fonction dans toutes les formes manifestées du vivant. C'est pour cela que suite à un accident ou suite à une dégradation d'une partie d'un organisme, le champ morphique va tenter de reconstruire les organes ou l'ensemble des cellules. S'il ne reçoit pas de « retour » (confirmation de l'exécution de la reconstruction de l'organe visé ou de la remise en fonction) il continue (s'il n'y a pas de correction de l'organisme grâce à son système d'autorégulation naturel) à programmer la multiplication cellulaire indéfiniment et fini par provoquer des mitoses (multiplication anarchique des cellules). Aboutissant dans les cas extrêmes à ce que l'on nomme un cancer. 

Chaque organe, chaque fonction possède sa signature fréquentielle spécifique. Chaque maladie, chaque dysfonctionnement correspond également à une signature fréquentielle qui l'identifie et qui a perdu sa synchronisation avec l'ensemble du corps ou du système vivant dans lequel elle est incluse. Le principe de correction proposé ici ne correspond à aucune grille thérapeutique connue et fonctionne dans sa partie correctrice comme l'homéopathie, avec la loi des contraires ou des similimums...

Par exemple une réactivation de la signature fréquentielle (similimum) ou une opposition de phase (loi des contraires) peut permettre la reconnexion instantanée du dialogue entre le champ morphique et l'organe ou de la fonction perturbée en réparant le court-circuit...

Pour compléter cette démarche des Signatures fréquentielles (dans le cas de pathologies lourdes et invalidantes) nous avons également développé un outil qui utilise les mêmes principes de sons personnalisés en se basant sur les remarquables travaux de l'institut Robert Monroe aux Etats Unis. L'utilisation des battements binauraux, consiste à appliquer des ondes sinusoïdales de fréquence légèrement différente à chaque oreille, ce qui génère un effet de battement qui s'inscrit dans le cerveau lui-même, en raison des liaisons neuronales internes du cerveau. 

Exemple d'application : Dans la maladie de Parkinson une des solutions médicale proposée consiste à injecter en sous cutané de l'apomorphine, un dérivé alcaloïdique de la morphine qui est un puissant agoniste (activateur) des récepteurs dopaminergiques et qui a l'avantage de passer la barrière hémato-encéphalique, très utile pour remplacer le neuromédiateur monoamine la Dopamine. Ce traitement efficace possède dans beaucoup de cas un inconvénient majeur ; des effets secondaires importants. L'induction de la signature fréquentielle de la Dopamine apporté au cerveau par les sons binauraux semble permettre une diminution notable de l'Apokinon®.

L'action provoquée par cette approche permet au cerveau de se synchroniser naturellement avec la fréquence de battement des sons entendus. Il est également possible de créer un mixage des ondes cérébrales de fréquences différentes en mélangeant les sons binauraux afin d'apporter les informations utiles au cerveau pour corriger certaines déficiences, mais surtout d'équilibrer les quatre neurotransmetteurs principaux : Dopamine, Acétylcholine, GABA et Sérotonine...

Il est recommandé de consulter le site de l'Institut Monroe pour plus de détails. L'Institut Monroea réalisé plus de 40 ans de recherche et d'études dans ce domaine très riche et très particulier. Notre recherche se concentre plutôt sur l'utilisation des battements dans l'optique de l'amélioration du bien-être général avec un meilleur fonctionnement du cerveau par la libération de stress mémoriels souvent responsables de dis-fonctionnements majeurs.

Cette technique extraordinaire permet d'assurer un nettoyage des situations psychologiques réactives auxquelles nous sommes tous soumis. C'est un outil qui n'entre dans aucune grille thérapeutique connue, c'est un outil fréquentiel, donc mathématique, et par là même ni psychologique ni médical. Le rééquilibrage des signatures fréquentielles aide au recentrage de l'identité ; c'est un support précieux dans la résolution des difficultés comportementales.

Didier Rauzy    

  

14 rue Herbillon

51000 Chalons en Champagne

160 Rue Ponsardin

51100 Reims

                                       

Tèl : 06 75 03 99 34

david.naturopathe@gmail.com

 

 

Le recours à une médecine naturelle n’a rien d’un acte médical. Seul un médecin est habilité à faire un diagnostic.

Ne jamais cesser un traitement médical en cours sans l’avis d’un médecin traitant.